Les actualités Socredit

Pour une majorité de Français, acheter reste un rêve

Pour une majorité de Français, acheter reste un rêve

Immobilier 11/07/12

Pour une majorité de Français, acheter reste un rêve. La France de propriétaires, prôné en 2007 par le candidat Sarkozy, séduit toujours autant. 80% des locataires préfèreraient acquérir une résidence principale, selon un sondage AvendreALouer / OpinonWay. Mais faute de moyens suffisants… seule la moitié recherchent actuellement.

Les prix élevés de l’immobilier restent évidemment le premier obstacle. Arrivent ensuite les difficultés de financement : près d’un tiers ménages, ayant un projet d’achat en cours, n’ont pas encore un apport suffisant et doivent donc continuer à économiser. 17% déclarent d’ailleurs s’être déjà fait retoquer leur dossier au cours des derniers mois…

Illustration de ces difficultés : entre la recherche du bien, la négociation, l’obtention du crédit… le délai d’une opération immobilière atteint près de 11 mois.

Les taux des crédits immobiliers au plus bas

Les taux des crédits immobiliers au plus bas

Taux et crédits 11/07/12

Les taux des crédits immobiliers au plus bas Pour enrayer la chute de la demande, les banques révisent leurs grilles tarifaires. Sur 20 ans, les taux inférieurs à 4 % sont de plus en plus courants. Les taux des crédits immobiliers poursuivent leur dégringolade.

Confrontés depuis plusieurs mois à un effondrement de la demande, les établissements bancaires sont obligés de réviser leurs grilles tarifaires. D’autant qu’ils disposent de conditions favorables : en juin l’Obligation assimilable du trésor (OAT), qui sert de référence pour fixer le coût du crédit, est tombée à son plus bas niveau historique.

Pour les acheteurs, le timing est donc idéal. Et si vous êtes déjà propriétaire, le moment est peut-être venu de renégocier votre crédit auprès d’une autre banque . Attention toutefois : les banques maintiennent des critères d’octroi stricts. Rares sont, par exemple, les particuliers qui obtiennent un prêt sans au moins 10% d’apport et un contrat de travail à durée indéterminée…

Plus-value immobilière : le coup de rabot sur les abattements fait flamber l’addition

Plus-value immobilière : le coup de rabot sur les abattements fait flamber l’addition

Economie 11/07/12

En attendant que François Hollande mène à bien la réforme de la plus-value immobilière, retour sur les règles en vigueur.

Depuis le 1er  février 2012, la fiscalité sur les plus-values de cession a subi un sacré tour de vis. L’alourdissement de la facture résulte non seulement de la hausse du taux de taxation, passé de 31,3 à 32,5% (19% de taxe et 13,5% de prélèvements sociaux), mais aussi et surtout du détricotage du système d’abattements annuels qui prévalait jusqu’ici. Par exemple, là où un propriétaire payait moitié moins d’impôt s’il vendait son bien au bout de dix ans de détention, il ne bénéficie plus que d’un modeste rabais de 10%… Et pour échapper totalement à la ponction fiscale, il faut désormais avoir détenu son habitation pendant trente ans, contre seulement quinze ans auparavant. Encore n’avez-vous pas trop à vous plaindre : le projet initial du gouvernement visait à supprimer purement et simplement tous les abattements liés à la durée de détention. Analyse du nouveau dispositif en vigueur et conseils pratiques pour alléger l’addition en toute légalité.

Biens assujettis. Vous continuez à ne rien devoir sur votre résidence principale

Quels sont les logements concernés par ce durcissement de la fiscalité ? Absolument tous, à l’exception de votre résidence principale, c’est-à-dire le lieu où vous résidez plus de six mois dans l’année, laquelle reste totalement exonérée d’impôt en cas de vente (la chambre de service, le garage, le parking et autres dépendances profitent aussi de l’exemption à condition d’être cédés en même temps que la résidence principale). En résumé, sont donc touchés les résiden­ces secondaires, les logements locatifs neufs et anciens, les locaux commerciaux, les terrains nus constructibles, sans oublier les habitations vacantes (on dénombre entre 1,8 et 2,5 millions de logements vides, selon l’Agence nationale de l’habitat). A noter que le nouveau régime d’imposition frappe également les biens de ce type détenus par le biais d’une société civile immobilière (SCI). La plus-value constatée est alors répartie entre les associés au prorata de leur quote-part dans la SCI.

La BCE baisse son taux directeur

La BCE baisse son taux directeur

Taux et crédits 08/07/12

La BCE baisse son taux directeur mais n'annonce pas de nouvelles mesures ! La Banque centrale européenne (BCE) a annoncé jeudi 5 juillet la baisse de son principal taux directeur, dans une tentative de doper une économie en zone euro toujours morose, mais a déçu les attentes en n'annonçant aucune autre nouvelle mesure de soutien. La baisse de taux – d'un quart de point à 0,75 %, soit son nouveau plus bas niveau historique – était largement attendue. Censée apporter une bouffée d'oxygène aux banques, et par ricochet aux entreprises et aux ménages, cette mesure était jugée avant même son annonce insuffisante pour redonner du souffle à une région empêtrée depuis deux ans et demi dans la crise de la dette et confrontée à la récession de plusieurs de ses membres. Mercredi, trois instituts de conjoncture (l'Insee français, l'IFO allemand et l'Istat italien) ont prédit un recul du produit intérieur brut (PIB) de la zone euro aux deuxième et troisième trimestres, soit une récession technique. Jeudi, l'Espagne a dû à nouveau consentir des taux en hausse pour emprunter à dix ans, laissant craindre que les effets positifs du sommet européen de la semaine dernière – notamment sur le marché obligataire – ne se soient déjà dissipés.

BAISSE DES PRIX DE L'IMMOBILIER ?

BAISSE DES PRIX DE L'IMMOBILIER ?

Immobilier 05/07/12

Les propriétaires refusent de négocier… pour l’instant Le décrochage des prix tant attendu par les acheteurs n’a pas encore eu lieu. Au premier semestre, les tarifs des logements anciens n’ont reculé que de seulement 0,6% selon la Fnaim. Même constat pour le réseau Century 21 qui note un repli de 0,4%. Cette résistance s’explique notamment par le refus des vendeurs d’ajuster leurs prétentions à la baisse. « Le marché se gèle et du coup les stocks augmentent : en un an, nos mandats de vente sont ainsi passés d’à peine 40.000 à plus de 70.000 », note Laurent Vimont, président du réseau Century 21.

Le décrochage des prix tant attendu par les acheteurs n’a pas encore eu lieu. Au premier semestre, les tarifs des logements anciens n’ont reculé que de seulement 0,6% selon la Fnaim. Même constat pour le réseau Century 21 qui note un repli de 0,4%.

Cette résistance s’explique notamment par le refus des vendeurs d’ajuster leurs prétentions à la baisse. « Le marché se gèle et du coup les stocks augmentent : en un an, nos mandats de vente sont ainsi passés d’à peine 40.000 à plus de 70.000 », note Laurent Vimont, président du réseau Century 21.

Ce blocage pourrait toutefois ne pas durer. « Les vendeurs qui n’ont pas encore corrigé leurs prix vont devoir consentir à d’importants rabais d’ici la fin de l’année », nous expliquait récemment Jean-François Buet, président de la Fnaim .

En attendant, les baisses de prix sont déjà palpables dans beaucoup de régions… Au premier semestre, les tarifs des logements anciens ont dévissé, selon Century 21, de près de 14% en Poitou-Charentes, 10% en Basse-Normandie, 7% en Aquitaine, 4% en Rhône-Alpes…

NOUVELLE FISCALITE POUR LES NON-RESIDENTS

NOUVELLE FISCALITE POUR LES NON-RESIDENTS

Immobilier 04/07/12

Les propriétaires non-résidents davantage imposés : Le budget rectificatif de 2012, présenté mercredi en conseil des ministres, prévoit d’alourdir la fiscalité des propriétaires qui ne résident pas en France. Selon le Figaro, les personnes possédant un bien immobilier dans l’hexagone mais qui ne payent pas d’impôts en France, seront désormais soumises aux prélèvements sociaux sur leurs revenus fonciers et leurs plus-values immobilières Depuis le 1er juillet, les prélèvements sociaux s’élèvent à 15,5%. Ils viendront donc s’ajouter à la taxe sur les plus-values et à l’imposition sur les revenus fonciers.

BAISSE DES TAUX DE CREDITS IMMOBILIER

BAISSE DES TAUX DE CREDITS IMMOBILIER

Taux et crédits 04/07/12

Le timing est idéal pour renégocier votre crédit immobilier ! Alors qu’il était impossible, il y a encore 6 mois, de décrocher des crédits immobiliers à moins de 4%, les taux ont récemment retrouvé leurs planchers historiques (entre 3,70% et 4% sur 20 ans). L’occasion est d’autant plus belle pour les propriétaires de renégocier leurs prêts que les banques cherchent à capter de nouveaux clients. La première option consiste à tenter de renégocier votre crédit auprès de votre banquier. Mais seuls les très bons dossiers, ou crédits arrivants à échéance, parviennent à obtenir un geste significatif de la part de leur banquier.

Vous aurez donc plus de chance d’obtenir une ristourne en faisant racheter votre crédit par un établissement concurrent. D’après les courtiers immobiliers,  les rachats de prêts représentent actuellement 10% du total de la distribution de crédit immobilier. L’opération n’a rien de compliqué : en s’appuyant sur ces intermédiaires, les clients peuvent boucler leurs dossiers en moins de deux mois.

Mais soyez vigilant, car le jeu n’en vaut pas toujours la chandelle. Le rachat de crédit entraine, en effet, un certain nombre de coûts : éventuelles indemnités de remboursement anticipé de votre ancien crédit (3% du capital restant dû, plafonné à 6 mois d’intérêt), frais de garantie (1 à 2% du montant emprunté) et de dossier (500 à 800 euros) du nouveau prêt.

Pour que l’opération soit rentable, vous devrez aussi combiner deux des trois facteurs suivants. Le différentiel entre l’ancien et le nouveau taux doit être au minimum de 1%. Le rachat doit intervenir avant d’avoir dépasser la moitié de la durée de l’emprunt (plus on avance dans le temps, plus la part des intérêts diminue dans les mensualités). Enfin, le capital restant dû doit être supérieur à 50.000 euros, auquel cas l’opération estpeu significative.

Faites une étude et contactez votre correspondant SOCREDIT !

DU NOUVEAU AVEC LE NOUVEAU PRET A TAUX ZERO (PTZ+)

DU NOUVEAU AVEC LE NOUVEAU PRET A TAUX ZERO (PTZ+)

Immobilier 12/06/12

A compter du 1er juin 2012, les logements ayant fait ou faisant l'objet de travaux de remise à neuf au sens de l'article 257 I 2 2° du CGI sont éligibles au PTZ+. Ces opérations de rénovations lourdes sont assimilées au neuf...

Quels sont les travaux rendant un logement existant éligible au PTZ+ ?

Les travaux réalisés dans le logement doivent porter sur l'une (au moins) des quatre catégories de travaux mentionnées ci-dessous et rendre neuf :

1. Par ajout ou remplacement plus de la moitié des fondations

2. Par ajout ou remplacement plus de la moitié des éléments, hors fondations, determinant la résistance et la rigidité de l'ouvrage tels que les murs porteurs intérieur ou extérieurs, les planchers porteurs, les contreforts, les éléments de charpente etc.

3. Par ajout ou remplacement plus de la moitié des facades (hors ravallement)

4. Plus des deux tiers de chacun des six éléments de second oeuvre suivants :

* Planchers qui ne déterminent pas la résistance ou la rigidité de l'ouvrage

* Huisserie extérieures

* Cloisons intérieures

* Installations sanitaires et de plomberie

* Installations électriques

* Système de chauffage (pour les imeubles situés en métropole uniquement)

Qui s'engage à effectuer les travaux ?

Deux cas de figure :

* Le vendeur : il effectue les travaux et s'engage à réaliser le travaux rendant le bien neuf au sens de la régementation.

* L'acquéreur : il s'engage à effectuer les travaux nécessaires pour rendre le logement neuf au sens de la réglementation. Il achète donc un logement "ancien" et réalise lui-même les travaux avec éventuellement l'assistance d'un maître d'oeuvre ou d'un architecte.

Quels sont les justificatifs à fourni pour bénéficier du PTZ+ ?

L'emprunteur devra fournir une attestation, selon un modèle réglementaire, que les travaux réalisés ou prévus rendent le logement neuf au sens de la réglementation.

Cette attestation est à renseigner soit par le vendeur si le logement est vendu rénové, soit par l'acquéreur lui-même s'il s'agit d'une acquisition avec des travaux à réaliser.

Les devis et factures de ces travaux devront porter le taux normal de TVA en vigueur, soit 19, 6% à ce jour puis à compter du 1er octobre 2012 au taux de 21, 2%.

Quel délais pour réaliser les travaux ?

Les travaux devront être réalisés dans les 3 ans qui suivent la date d'émission de l'offre de prêt. En cas de non réalisation des travaux imposés par la réglementation das ces délais, l'emprunteur perd le bénéfice du PTZ+ et devra donc le rembourser.

Les correspondants SOCREDIT sont à votre disposition pour vous informer des détails et conditions complètes du PTZ+

Banques espagnoles : plan de sauvetage

Banques espagnoles : plan de sauvetage

Gestion et finance 09/06/12

La zone euro met samedi la dernière main à un plan de sauvetage pour le secteur bancaire espagnol face à une pression croissante des marchés et de ses partenaires internationaux, même si Madrid n'a pas encore lancé un appel à l'aide en bonne et due forme...

Une réunion téléphonique de l'Eurogroupe est prévue à 16H00 (14H00 GMT) au sujet de l'Espagne, ont indiqué samedi à l'AFP des sources gouvernementales européennes, après une réunion préparatoire de hauts fonctionnaires.

Objectif: dessiner les contours du plan d'aide pour le secteur bancaire espagnol, asphyxié par son exposition à l'immobilier.

L'ordre du jour de cette téléconférence est "l'approbation d'une déclaration qui souligne l'intention de l'Espagne de solliciter de l'aide, et l'engagement de l'Eurogroupe d'y accéder", a confié une source gouvernementale européenne.

Ce plan d'aide sera le quatrième pour un pays de la zone euro depuis le début de la crise de la dette fin 2009, mais à la différence des Grecs, des Irlandais et des Portugais, les Espagnols pourraient obtenir un plan "sur mesure" qui concerne uniquement son secteur bancaire.

Exonération de la taxe foncière pour les logements BBC

Exonération de la taxe foncière pour les logements BBC

Immobilier 06/06/12

Pour vous inciter à construire un logement consommant très peu d'énergie (certifié BBC), certaines collectivités vous exonèrent temporairement de la taxe foncière.

Quels sont les critères pour bénéficier de la réduction de la taxe foncière ?

TYPE DE CONSTRUCTION :
logement neuf achevé après le 1er janvier 2009 et titulaire du label "bâtiment basse consommation énergétique BBC 2005".

DURÉE DE L'EXONÉRATION
:
5 ans ou plus, selon la délibération de la commune concernée.

POINT DE DÉPART DE L'EXONÉRATION :
à compter de l'année qui suit l'achèvement de la construction (ou à compter de la 3ème année suivant celle de l'achèvement lorsque le logement bénéficie déjà d'une exonération de 2 ans).

TAUX DE L'EXONÉRATION :
de 50 à 100 %.

COMMUNES CONCERNÉES :
l'exonération est facultative, elle est décidée sur délibération de la commune concernée.

Quelles sont les démarches à effectuer ?

Pour savoir si votre commune a voté ces dispositions vous pouvez contacter votre mairie, qui vous renseignera sur les possibilités d'exonération sur son territoire.

Pour obtenir le bénéfice des exonérations, vous devez remplir et déposer une déclaration auprès du centre des finances publiques ou du centre des impôts foncier du lieu de situation des biens.

Socredit vous accompagne dans tous vos projets
Nous contacter
offline online